Trampoline malaisien

 

La piste d’élan malaisienne fut bien courte au vu de la longueur du saut nécessaire pour nous mener d’Asie en Amérique du Sud. Quelques 200 kilomètres de Malacca à Kuala Lumpur avant une petite virée de 18’000 kilomètres vers Santiago de Chile en passant par Sydney… Une dernière étape asiatique 19 mois après avoir foulé le sol turc au milieu de l’hiver 2015. 19 mois d’aventures, de rencontres, de découvertes et d’émerveillements. 19 mois les yeux grands ouverts, les oreilles toujours à l’écoute et le cerveau brûlant à force de devoir digérer un environnement en perpétuelle métamorphose. 19 mois à s’étonner de la générosité des habitants de tous les pays que l’on a traversés, qui nous hébergent, nous aident, nous soutiennent et nous encouragent.

Hello Mister !

 

Notre itinéraire sur Sumatra n’était pas des plus spectaculaires. La chaleur et l’humidité ambiantes n’ont que peu aidé à nous faire digérer les centaines de kilomètres à travers les plantations de palmiers. Outre la caldeira autour du lac Toba et quelques jolis points de vue çà et là, rien de bien excitant pour nos mirettes… Heureusement que Sumatra ne se limite pas à ses paysages ! Chaque jour, partout autour de nous, ses habitants nous ont transmis une énergie positive par leurs sourires, leur bonne humeur, leurs pouces levés, leurs exclamations lorsqu’on leur expliquait notre voyage, par les séances photos frénétiques et les innombrables ’’hello mister’’, que ce soit pour Gilles ou pour Anaïs (un résidu probable des cours d’anglais, comme le ‘’good morning’’ qui sert jusqu’au soir, et les ‘’I love you’’ improbables criés par des dames d’un certain âge). Et c’est donc dès le premier jour, après 1 mois en touristes à Bali, qu’on a retrouvé avec bonheur ces moments propres au voyage à bicyclette.

Interlude quarantenaire

 

Loin de mes proches, d’habitude peu enclin à fêter mon propre anniversaire, je m’attendais à passer vers les 40èmes rugissants en toute discrétion quelque part sur Sumatra… Que nenni !!! Simon et Sven nous ont rejoints à Tuk-Tuk, au milieu du lac Toba, pour 4 journées ensemble à découvrir la culture batak propre à cette région, et pour vadrouiller à plein gaz, que ce soit à moto ou en bateau, sur l’île de Samosir. Quel plaisir d’être témoins de l’enthousiasme de Sven qui s’immergeait pour la première fois dans un pays d’Asie, de son appétit à déguster chaque instant, de son attention envers chaque détail qui nous sont à présent presque banals. Et de pouvoir de nouveau profiter de l’humour décalé de Simon et de son éternelle bonne humeur. Merci les amis pour être venus si loin m’accompagner dans les dernières heures de ma jeunesse, vous étiez un merveilleux cadeau !!!