Interlude quarantenaire

 

Loin de mes proches, d’habitude peu enclin à fêter mon propre anniversaire, je m’attendais à passer vers les 40èmes rugissants en toute discrétion quelque part sur Sumatra… Que nenni !!! Simon et Sven nous ont rejoints à Tuk-Tuk, au milieu du lac Toba, pour 4 journées ensemble à découvrir la culture batak propre à cette région, et pour vadrouiller à plein gaz, que ce soit à moto ou en bateau, sur l’île de Samosir. Quel plaisir d’être témoins de l’enthousiasme de Sven qui s’immergeait pour la première fois dans un pays d’Asie, de son appétit à déguster chaque instant, de son attention envers chaque détail qui nous sont à présent presque banals. Et de pouvoir de nouveau profiter de l’humour décalé de Simon et de son éternelle bonne humeur. Merci les amis pour être venus si loin m’accompagner dans les dernières heures de ma jeunesse, vous étiez un merveilleux cadeau !!!

Indoné-suisse

 

Habituellement, pour les vacances, on quitte son environnement familier pour s’envoler vers d’autres cieux plus cléments. Pour nous, cette année, c’est exactement l’inverse… La Suisse est venue à nous en Indonésie pour nous envelopper dans un cocon familier et recharger nos batteries émotionnelles pour le reste de notre aventure. Ce furent d’abord Jean et Maud, le frère et la sœur d’Anaïs, qui nous ont rejoint à Bali pour deux semaines et demie. Sur la route, en leur compagnie, nous rencontrons, par un hasard quasi-miraculeux, Julien, Nitza et leur fille Ulyana sur une plage de Gili Air, avec qui nous partageons une semaine entre les îles Gili et Lombok. Au sud de celle-ci, ce sont Jessica et Vincent, un couple d’amis de Fribourg en tour du monde pour une année (leurs aventures ici) qui viennent encore augmenter cette joyeuse bande pour quelques journées sur les plages autour de Kuta. De retour à Bali, après le départ de la fratrie d’Anaïs, on aura encore le plaisir de partager des moments chaleureux avec Jacques et Antoinette, l’oncle et la tante de Gilles. Après plus de 2 ans à jouer aux nomades à bicyclette, cette convergence de visages connus tout autour de nous nous a fait le plus grand bien, alors que le manque des personnes qui nous sont chères se fait sentir de plus en plus. Merci la compagnie pour ces beaux moments de partage, de rires et d’amitié !!!

 

Korea downtempo

 

Quoi de mieux pour se mettre gentiment en mode vacances que de suivre la piste cyclable des 4 rivières reliant les deux plus grandes villes du pays sur près de 600 kilomètres ? Pas besoin de GPS, il n’y a qu’à suivre la signalisation surabondante. Pas besoin d’organiser quoi que ce soit puisqu’il y a partout des restos, guesthouses, motels et spots de camping… Après notre épopée japonaise, ici nous roulons vraiment en mode papys et dépassons rarement le 60 kilomètres par étape. Certes, ce choix ne nous a pas permis de découvrir les plus beaux paysages de Corée puisque nous circulions quotidiennement sur les berges de larges fleuves, avec tout de même quelques montées bien ardues (merci les ingénieurs civils coréens qui doivent probablement suivre les mêmes cours que les thaïlandais…), et aux alentours de villes très peu pittoresques faites d’immenses zones industrielles et de quartiers de tours sans âme. Les événements marquants ont donc été les rencontres que l’on a faites au cours de ces deux semaines :