Bye-bye Italia – Welcome to Slovenija

De Florence à Ankaran, sur la côte slovène, notre palmarès vient s’étoffer de quelques nouvelles inscriptions. Celles-ci ne sont bien sûr que temporaires et feraient bien rigoler Claude Marthaler:

  • étape avec le plus de dénivelé (Firenze-Palazuollo sul Seno) : 1440m. On a sué, on a juré, mais on l’a fait ! Arrivés au sommet du col Prato all’ Albero, Anaïs prend la pose puis on se couvre pour une descente bien méritée. Que nenni ! Après 5 minutes , après un virage à gauche, ça remonte sec sur plusieurs kilomètres jusqu’au vrai col, le Passo Sambuca à 1080m. On re-sue, on re-jure mais on le fait ! Dans la descente, Gilles profite pour tester la stabilité de sa charrette. À 60km/h, tout roule… Le maximum de 40km/h recommandé par le constructeur a dû être défini par des avocats paranos !!!

  • étape la plus longue (Palazuollo sul Seno-Ferrara) : 130km. Bon, c’est de la descente et du plat (oui, la platement plate et replate plaine du Pô), mais c’est le 2 juin et on fête la République Italienne à notre façon, ou plutôt à notre insu puisque c’est le jour même que l’on découvre ce fait… Pour l’occasion, on croise une course cycliste amateurs qui va plus vite à la montée que nous-même à la descente !!! Sûrement tous blindés d’expressi et autres substances 😉

  • étape la plus-vieuse (Ferrara-Montegrotto Terme). Quelques gouttes tombent. On s’abrite, sans grand succès (Gilles sous un feuillu et Anaïs sous un porche de 30cm de profondeur). Gilles la rejoins bientôt sous les trombes d’eau et de grêle, traversant la chaussée transformée en torrent. Pour couronner le tout, la pluie change d’orientation et nous trempe de la tête aux pieds. On se change avec nos habits de pluie lors d’une accalmie et reprenons la route. Mais l’orage s’accroche à nos basques et nous oblige à nous arrêter plusieurs fois, par manque de visibilité. Vu l’intensité, c’est Bali avant l’heure !!!

  • étape la plus chaude (Venezia-Lignano) : 70km avec des pointes à 35°. On pourrait cuire des pâtes avec l’eau de nos gourdes tellement ça tape fort ! Quel bonheur pour se désaltérer… Il va falloir s’y habituer puisqu’il paraît que l’été arrive !!!

Outre ces hauts faits de cyclotourisme, nous avons eu le bonheur de partager un week-end vénitien avec Sebastiano, Monica et Alesssandra venus exprès de Livorno (malheureusement sans Raffaelle qui a des cours le samedi). Nous sommes tous émerveillés par la magie se dégageant de ces entrelacs de canaux et ruelles, de ponts et de places. C’est pas du chiqué et Venezia mérite sa réputation ! Elle se transmute encore le soir en un labyrinthe mystérieux et envoûtant. Le dimanche, c’est les yeux embués que nous nous séparons à nouveau de nos compagnons de voyage après une soirée de franche rigolade, de petits plats et bien sûr de UNO (Gilles gagne mais ne parvient pas à égaliser le record de Ale… Ce n’est que partie remise 😉 )

On rejoint ensuite la côte slovène juste après Trieste sous une chaleur à faire muer un éléphant. Pour la suite, la péninsule croate d’Istrie et retour en Slovénie pour rejoindre Ljubljana.

À + les sugus

P.S.: Dans le menu en haut à droite, vous trouverez une carte avec le trajet complet. Il faut bien que Gilles s’amuse !!!