Incursion kazakhe

 

On quitte Karakol pour se diriger vers le Kazakhstan par la frontière de Karkara. Maxime, Michaël et Anshelm ont déjà repris la route car nous devons encore changer nos derniers soms kirghizes en tenges kazakhs et nous fournir la subsistance pour les prochains jours. On réussit à les rattraper car ils font plus de pauses que nous. Tant mieux, on passera trois excellentes journées en leur compagnie :

Un harem bien mal tenu
Comme souvent, Anaïs est la seule fille et est entourée d’un véritable harem. Et comme d’habitude, ça rote, ça pète, ça ronfle et ça met des épluchures partout ! Un peu de tenue messieurs en présence d’une demoiselle !!!

Comme au Paléo
Ambiance de festival pour notre dernière nuit au Kirghizstan. Cercle de tente, feu de bois et même un peu d’herbe récoltée en bord de route par Maxime que l’on ne pourra pas fumer pour compléter le tableau car elle n’est pas sèche. Elle finira par parfumer le feu puisque demain, c’est la frontière.

Hungry ? Cup of noodles ?
Nos compagnons se moquent bien de nous et de notre régime alimentaire car on s’enfile des nouilles minutes à chaque repas alors qu’ils se cuisinent de bons petits plats. Mais on doit, bien malgré nous, liquider le stock accumulé et non consommé lors de notre étape montagnarde (voir article précédent). Oui on sait, on a fait nos suisses et on s’était préparés à devoir rester plusieurs jours sous la tente en cas de mauvais temps.

Le canyon de la destruction
Le Sharyn Canyon, c’est un peu le triangle des Bermudes pour notre assemblée de campeurs. Anshelm met le feu à sa tente par mégarde et Gilles détruit notre précieux filtre à eau en glissant sur une pierre en bord de rivière. Heureusement pour eux, Maxime et Michael s’en sortent indemnes !

Steppe express
On avait prévu deux jours pour rejoindre Zharkent depuis le Sharyn Canyon. Mais un vent favorable nous pousse à avaler les 150km d’une seule traite. On préfère ça à se retrouver le lendemain avec le même vent violent mais de face (comme subi deux jours auparavant…).

À tantôt… en Chine