Kyushu

 

Presque 3 mois et 4000 kilomètres au pays du soleil levant… Et ce morceau de notre voyage s’est terminé en apothéose ! Un temps clément, qui nous a gracieusement épargnés de la moindre goutte de pluie, pour traverser des paysages envoûtants et sauvages, que demander de mieux ! Si ce n’est la rencontre de ce vieux monsieur, propriétaire d’un ryokan où nous allons passer la nuit et qui s’occupe de nous comme si nous étions des hôtes de marque. Il a vécu une dizaine d’années au Brésil et son portugais lui a permis d’être l’interprète officiel de Miss Brésil lors d’un concours dans la ville d’à côté dans les années 70. Il n’était pas peu fier de nous montrer des photos !!! La suite de la soirée fut magique puisque nous avons été conviés à aller se balader plus haut dans la vallée au milieu de centaines de lucioles affairées à leurs amours qui projetaient une voie lactée verdâtre sur le paysage crépusculaire. On est restés scotchés, avec des sourires de bienheureux, comme des enfants devant le sapin !!!

Ou alors cette autre rencontre hasardeuse avec Mikio, au centre de Fukuoka la trépidante, qui n’a pas compté son temps pour nous guider, nous trouver un logement dans une ville qui affichait complet ce vendredi là, et nous faire découvrir la gastronomie de la région. Après son voyage à vélo en Australie et Nouvelle-Zélande il y a quelques mois, nous espérons bien qu’un jour il puisse réunir l’argent et le temps nécessaires à un voyage dans nos contrées pour découvrir la fondue au vacherin, la cuchaule et la moutarde de bénichon !!!

Trois mois c’est bien peu de temps pour appréhender une culture si fascinante et différente de la nôtre, mais même si nous n’avons fait que gratter la surface de la société japonaise, de ses traditions et de ses habitants, notre séjour ici aura été une belle découverte. On pense déjà y revenir !

Nous laissons derrière nous les volcans Nara, son voisin le Unzen que nous avons pu admirer sous tous les angles et le Aso, le plus grand volcan actif du Japon, malheureusement inaccessible depuis le tremblement de terre d’avril, au pied duquel nous avons passé une nuit, à l’intérieur de la caldeira de 120 kilomètres de circonférence, et embarquons dans le ferry pour Busan en Corée du Sud, dernière étape avant des vacances bien méritées 😉

À tantôt