Korea downtempo

 

Quoi de mieux pour se mettre gentiment en mode vacances que de suivre la piste cyclable des 4 rivières reliant les deux plus grandes villes du pays sur près de 600 kilomètres ? Pas besoin de GPS, il n’y a qu’à suivre la signalisation surabondante. Pas besoin d’organiser quoi que ce soit puisqu’il y a partout des restos, guesthouses, motels et spots de camping… Après notre épopée japonaise, ici nous roulons vraiment en mode papys et dépassons rarement le 60 kilomètres par étape. Certes, ce choix ne nous a pas permis de découvrir les plus beaux paysages de Corée puisque nous circulions quotidiennement sur les berges de larges fleuves, avec tout de même quelques montées bien ardues (merci les ingénieurs civils coréens qui doivent probablement suivre les mêmes cours que les thaïlandais…), et aux alentours de villes très peu pittoresques faites d’immenses zones industrielles et de quartiers de tours sans âme. Les événements marquants ont donc été les rencontres que l’on a faites au cours de ces deux semaines :

  • Sang Hun, un jeune inspecteur de police rencontré sur le ferry entre Fukuoka et Busan qui nous a beaucoup aidés pour nous familiariser avec le pays (cours de langue perso, conseils et informations) et nous a couvert de cadeaux. D’autres voyageurs nous avaient relaté la difficulté à entrer en contact avec les Coréens mais notre expérience, dès la première minute et durant tout notre séjour, a été toute autre.white
  • Rylan, un américain en provenance du Japon comme nous et qui s’est mis à voyager à vélo il y a peu. On le croise en fin de matinée et les discussions vont bon train. Voyage, cinéma, littérature, réalisme quantique et chamanes nous emmènerons continuer nos échanges autour d’une bonne bière fraîche dans la ville la plus proche et à finalement partager une chambre d’hôtel…white
  • Ho Ho et Sobin, un couple au grand cœur et qui a fait battre le nôtre plus fort ! On s’est arrêté dans leur guesthouse à midi pour manger et après 2 minutes dans leur petit coin de paradis, on a décidé de mettre un terme à notre pédalage tellement on s’y sentait bien. En bordure de rivière et à deux pas d’un temple, on a passé un après-midi dans la bonne humeur, puis on a eu droit à un barbecue coréen et un concert privé qui nous a mis la chair de poule. Une soirée à la limite de l’irréel qui nous a rappelés la chance que l’on a de pouvoir vivre ce genre de moments !white
  •  Seb le normand et Carolina la colombienne. Après l’avoir croisé au Japon, on a retrouvé Sébastien au milieu du pays. Carolina, une étudiante colombienne qui fait ici son master en administration publique et que Sébastien a “recruté” via internet pour découvrir le monde des cyclos nous a rejoints et on a partagé ensemble 3 jours de camping et de pédalage dans la bonne humeur. Vous auriez dû nous voir le premier soir, dans un parc, à partager bières, soju et makgeolli en regardant le match Suisse-France que Sébastien avait téléchargé. La belle équipe !!!

Après quelques jours à Séoul que nous avons parcouru de long en large à la recherche de nouvelles pédales pour Gilles et où nous avons réussi en une soirée à dépenser plus de trois jours de budget en bières, burgers et taxi dans le seul but de voir la Suisse se faire éliminer aux penalties par la Pologne, nous avons rejoint l’île où se trouve l’aéroport pour se préparer au vol vers Singapour.

Hop-hop-hop part en vacances comme vous. On se retrouve au mois d’août !