Interlude quarantenaire

 

Loin de mes proches, d’habitude peu enclin à fêter mon propre anniversaire, je m’attendais à passer vers les 40èmes rugissants en toute discrétion quelque part sur Sumatra… Que nenni !!! Simon et Sven nous ont rejoints à Tuk-Tuk, au milieu du lac Toba, pour 4 journées ensemble à découvrir la culture batak propre à cette région, et pour vadrouiller à plein gaz, que ce soit à moto ou en bateau, sur l’île de Samosir. Quel plaisir d’être témoins de l’enthousiasme de Sven qui s’immergeait pour la première fois dans un pays d’Asie, de son appétit à déguster chaque instant, de son attention envers chaque détail qui nous sont à présent presque banals. Et de pouvoir de nouveau profiter de l’humour décalé de Simon et de son éternelle bonne humeur. Merci les amis pour être venus si loin m’accompagner dans les dernières heures de ma jeunesse, vous étiez un merveilleux cadeau !!!

Le soir du jour J, alors que nos deux acolytes se faisaient dorer la pilule sur Pulau Weh tout au nord, nous arrivions dans la petite bourgade de Subulussalam. Objectif : trouver une petite piaule pas trop sale et manger un petit quelque chose dans la rue, sans même une bière, puisque c’est une denrée inexistante dans cette ville quasi exclusivement musulmane. Rien de bien fantasque donc !

C’était sans compter sur Eddy qui nous accoste sur son scooter pour s’enquérir de nos besoins dans un anglais parfait. Nous l’accompagnons à la Senior High School où il est enseignant pour rencontrer ses élèves qui sont en pleine répétition pour le défilé de la fête nationale du lendemain. Nous discutons de tout et de rien avec lui et deux de ses collègues autour d’un café avant une séance photo mémorable, dans une excitation frénétique, entre selfies et photos de groupe. Intense ! Eddy nous invite ensuite à partager un repas avec sa femme Gustri, son fils Ryan et sa fille Fika et à passer la nuit chez lui. Ca ne pourrait être plus parfait… Mais ça le sera !!!

Après le repas, un voisin qui est directeur d’une troupe de théâtre nous invite à la répétition générale de la pièce qu’il a créée pour la fête nationale. On se retrouve sous peu au milieu de la foule, assise sur des chaises ou directement sur leurs scooters, pour découvrir un peu de la culture pajak locale, entre danses, sketches et effets visuels. L’ambiance est bien différente de celle feutrée et révérencieuse de nos salles de théâtre. Ça crie, ça chahute et l’enthousiasme fait plaisir à voir. À la fin de la pièce, alors que l’on pensait s’éclipser, on se retrouve invités sur scène pour partager au micro nos impressions et discuter avec la troupe. C’est alors que 60 personnes se mettent à chanter en chœur un « Happy Birthday » d’anthologie !!! J’ai eu de la peine à retenir mes larmes…

Sur le chemin du retour, des étoiles plein les yeux, j’hallucine encore de cette soirée d’anniversaire que j’attendais banale et qui s’est transformée en une symphonie de rires, de partages, … et de selfies ! Mais ce n’est pas fini !!!

Après avoir remercié Eddy et sa femme pour toutes leurs attentions, nous allons enfin nous coucher, épuisés par ce grand huit émotionnel. Mais quelques loopings m’attendent encore. Et quels loopings !!! Ma belle m’a réservé une surprise et me tend une clé USB. Je découvre bientôt de nombreux proches et membres de ma famille qui, par vidéo interposée, me souhaitent un joyeux anniversaire.

À tous ceux impliqués : j’aimerais tant avoir les mots pour décrire le bonheur que j’ai eu à vous voir. Je n’en croyais pas mes yeux ! J’en ai ri, j’en ai pleuré, j’en ai été transporté vers une félicité presque irréelle. Et alors que j’étais là, dans une petite chambre au milieu de Sumatra, entouré par vous tous, je me suis senti comme le plus chanceux et le plus heureux des hommes. Merci à tous, du plus profond de mon cœur !