Archive for ASIE DE L’EST category

Chūbu

 

Pour traverser la région de Chūbu qui nous mènera à Kyoto, nous suivons les conseils avisés de Atsushi et optons pour un itinéraire à travers le montagnes, passant par le sud des Alpes japonaises, afin d’éviter les côtes parsemées de villes, de ports et de zones industrielles. Pour ce qui est des routes en elles-mêmes, on les choisira en se référant à notre bible, comme on l’a fait, à notre plus grande satisfaction, pour Hokkaidō et Tōhoku. Une bible nommée “Touring Mapple”, édition toute fraîche de 2016, un livret de cartes détaillées où sont recensés non seulement les onsens, les temples, les konbinis et autres points d’intérêt, mais aussi les belles routes qui lézardent le pays. Bien qu’éditée pour les motards, on ne peut que conseiller cette parution à tous les cyclos qui voudraient découvrir le Japon.

Parenthèse tokyoïte

 

Anaïs veut absolument visiter Tokyo, et Gilles, bien que moins friand de l’agitation des grandes villes, rêve de faire un petit voyage en Shinkansen, les trains rapides japonais. D’une pierre deux coups, andiamo à Tokyo pour 2 jours histoire de découvrir un petit coin de cette mégalopole de 9 millions d’habitants en son centre et de 40 millions au total dans son agglomération. On pérégrine selon un programme alternatif soigneusement préparé par Anaïs entre les incontournables et les quartiers résidentiels qui sont en pleine réhabilitation de par l’implantation de cafés branchés, de boutiques et autres galeries.

Hokkaidō

 

Hokkaidō, ses contrées sauvages, ses forêts à l’horizon infini, ses lacs de caldeira et ses volcans, ses spécialités culinaires, ses grands espaces, … D’autres cyclistes nous en avaient parlé et notre idée initiale était d’y faire une boucle de 1200km en 2 semaines avant de reprendre un ferry vers le centre de Honshu. Mais les semaines précédentes sur Tōhoku, à braver les basses températures et les intempéries, nous ont quelque peu refroidis… Hokkaidō est encore plus au nord, il y tombe selon les régions jusqu’à 15 mètres de neige par saison et le climat n’y est vraiment serein que depuis le mois de mai au plus tôt. On s’était dit que ça nous ferait une belle aventure mais on décide finalement d’écourter notre séjour ici, de se concentrer sur le sud-est de l’île, ce qui nous donnera en finalité plus de temps pour déguster les paysages fleuris de Tokyo à Kyoto et sur la suite de notre parcours.